Fabrication sur mesure de sabre Japonais pour la pratique et la collection

Je vous propose deux types d’aciers pour la réalisation de votre lame : Un acier moderne, acier fin au carbone et un acier produit de façon artisanal selon la tradition Japonaise. 

On me demande souvent quelle est la différence entre ces deux aciers, et je suis souvent bien ennuyé pour répondre; car tout dépend du point de vue. Si je me place selon le point de vue du pratiquant en le considérant (ce qui n’est pas toujours évident) comme le descendant naturel des guerriers anciens, je vous dirait que pour un usage en tant qu’arme, les deux se valent. 

J’ai bien conscience en m’exprimant ainsi, d’aller à l’encontre de nombreux points de vue (souvent mal étayés et ce n’est rien de le dire) qui considèrent l’acier ancien japonais comme le nec plus ultra des aciers. Mais je crains hélas que ces points de vue relèvent d’avantage de la pensé magique que de l’avis éclairé par les faits si ce n’est par la pratique. 

On me demande, puisque je sais fabriquer des sabres selon les méthodes traditionnelles japonaises en vigueurs, pourquoi je produis des sabres en aciers modernes ce qui est contraire à l’usage au Japon. Ma réponse est des plus simple : Parce que il y a une demande. En effet, les méthodes traditionnelles sont complexes et longues à mettre en oeuvre; une lame produite selon ces méthodes sera bien plus couteuse  qu’une lame en acier moderne. Or un pratiquant, pour progresser dans sa pratique, aura besoin :

- Pour son corps, d’une lame accordée à ses mensurations, bien équilibrée avec un poids qui lui sera adapté.

- Pour son mental, il faudra que cette lame aie toutes les caractéristiques d'une arme performante avec un tranchant acéré, une bonne tenue de coupe et une grande élasticité. Or l’acier moderne remplis toutes ces conditions. 

La méthode ancestrale permet de produire des lames esthétiquement incomparables, mais que seul un polissage très élaboré pourra mettre en valeur. Un sabre produit avec cet acier sera le fruit d’un long processus, un cheminement délicat qui fera appelle à toutes les ressources physiques et mentales du forgeron. Au terme de ce processus c’est une oeuvre complexe qui verra le jour; un aboutissement,  fruit d’une longue tradition. 

Cependant, d'un point de vue strictement mécanique, une telle lame ne sera pas supérieure à un sabre avec une lame en acier moderne. 

Il est d’ailleurs étrange d’avoir à préciser ce simple fait. Nous confions nos vie tous les jours à nos ingénieurs métallurgiques  en conduisant nos voitures, en empruntant, trains et avions. Les aciers modernes sont incroyablement qualitatifs tout en étant peu couteux. Mais peut être est-ce là leur crime à ces aciers : trop vulgaires, ou trop évidents pour abriter nos fantasmes exotiques.

Je suis un fils de mon époque. Aimer et rechercher les connaissances anciennes ne me rend pas aveugle aux acquis de mon temps. De plus, j’ai assez roulé ma bosse un marteau à la main, pour aujourd’hui pouvoir m’affranchir des Japonaiseries excessives de certains de mes compatriotes.

Je ne me permettrai jamais de juger le rapport que les Japonais entretiennent avec la tradition. Cependant il est clair que, pratiquant un métier millénaire,  la réflexion sur le rapport entre la tradition et la modernité est au coeur de mon évolution personnelle et professionnelle. L’artisan que je suis devenu est le résultat de cette réflexion, toujours en cours d’ailleurs.

En tant qu’autodidacte, ma démarche était dés l’origine vouée à la marginalité et j’en ai pris mon parti.

Apres tout, la marge fait tout de même partie de la page et on y trouve parfois de très intéressantes annotations ...

Ghu2.jpg

Sabre en acier moderne

M8a.JPG

Sabre en acier artisanal